Blog

Communiqué de la – COTUSAL

 Tunis le 29 janvier 2014

 Communiqué de la Compagnie Générale des Salines de Tunisie – COTUSAL

 Suite aux différents articles, interventions et publications parus dans les médias, il y a lieu de rétablir certaines vérités :

 

  1. L’entreprise COTUSAL a été créée en 1949 et la convention de 1949 régissait la relation avec les domaines de l’Etat, cette convention est toujours en vigueur et nous appliquons la loi. Si demain la loi change, COTUSAL s’y soumettra. Toutes les extensions de l’entreprise se sont faites conformément à la législation en vigueur, au code minier de 2003  et en dehors de la convention de 1949.

 

  1. La COTUSALest une société de droit Tunisien à capitaux mixtes.

  • 65% des capitaux  étrangers

  • 35% des capitaux  Tunisiens

L’entreprise n’est pas totalement exportatrice et elle s’acquitte des taxes et impôts en vigueur.

 

  1. COTUSAL n’est pas le seul opérateur salinier en Tunisie, il existe au moins 6 autres intervenants Tunisiens et étrangers. Il est facile de vérifier ces données auprès des Services des Mines et dela Géologie.

 

  1. L’essentiel de la production dela COTUSALest constitué de sel marin qui est élaboré à partir de l’eau de mer concentrée par évaporation naturelle. Il n’y a pas d’exploitation d’un gisement qui a terme pourrait s’épuiser.

 

  1.  La production annuelle dela COTUSALa été de 900 000 tonnes sur la dernière année. L’exportation représente 750 000 tonnes et le marché local 120 000 tonnes, le chiffre d’affaire total est de 30 millions de dinars, bien loin des chiffres fantaisistes avancés par certains qui pensent connaître le secteur salinier. COTUSAL travaille en toute transparence, ces chiffres sont facilement vérifiables auprès des diverses administrations, Ministère du Commerce, chambres de commerce, douanes et Banque centrale de Tunisie.

 

  1. Il y a confusion entre la convention de 1949 qui a connu 3 avenants ( Av1 du 8-10-1969, Av2 du 25-04-1972, Av3 du 15-07-1974) et la convention collective nationale de salines de Tunisie qui définit les relations sociales entre les entreprises et les salariés du secteur salinier au même titre que les 52 autres conventions collectives sectorielles qui étaient révisées tous les trois ans avant la révolution et qui ont été modifiées en 2011 et 2012 suite aux augmentations des grilles de salaires et primes.

 Nous nous étonnons que des juristes (avocats et experts) puissent confondre une convention de concession et une convention collective sectorielle.

 

  1. Depuis sa création, COTUSAL est à la pointe du secteur salinier en Tunisie et n’a cessé de rechercher de nouveaux débouchés et d’innover. Par exemple c’est COTUSAL qui a œuvré pour l’iodation du sel alimentaire pour lutter contre le goitre endémique avec l’OMS, le PNUD et le Ministère dela Santé, COTUSAL soutient et participe à des initiatives prometteuses comme la production d’Epsomite et de Karnalite à partir des saumures,…etc.

 

La COTUSAL est ouverte sur son environnement, notamment avec les universités Tunisiennes (plusieurs sujets de recherches multi-disciplinaires: Géochimie, biologie, Microbiologie, sédimentologie, …), et aussi sur la protection des zones humides ainsi que la participation à de nombreuses actions environnementales engagées par les autorités compétentes des différentes régions (Sfax en particulier)….

  1. La TUNISIEn’a jamais importé du sel de déneigement comme cela a été annoncé sur certains médias mais c’est COTUSAL a fourni gratuitement du sel de déneigement aux régions du nord ouest durant et en prévision d’épisodes neigeux ces dernières années.

 

  1. Il est clair que beaucoup d’approximations et d’erreurs sont colportées dans le but évident de discréditerla COTUSALet d’induire en erreur en faisant miroiter des résultats et des performances irréalistes. COTUSAL se tient à disposition pour communiquer toute information et détail sur son activité et se réserve le droit de poursuive en justice toute personne qui colporterait des informations erronées pouvant porter préjudice à l’entreprise.

 

La Direction Générale